Les Yétis gèlent les Remparts

Publié le 8 décembre à 23h13

© Philippe Maitre

Les Remparts de Tours n’ont jamais trouvé la solution face au Mont Blanc ce soir

La partie débutait entre Remparts et Yetis. Les dix premières minutes étaient équilibrées avant qu’Aimonetto ouvre le score pour les visiteurs, 0-1 à la 10eme. L’éternel Richard Aimonetto, âgé de 45 ans, douchait la belle affluence de la patinoire turonne. Les montagnards étaient sérieux et appliqués en défense. Ils tâchaient de ne pas s’exposer outre mesure. Karl Leveillé subissait la première prison de la partie pour un retard de jeu peu évident. Il restait alors à peine six minutes à jouer. Les Bleus « tuaient » la pénalité et haussait leur niveau d’agressivité. Ce premier tiers s’achevait sur un but tourangeau… refusé car entré dans la cage après le buzzer.

Les locaux revenaient avec des intentions plus affirmées. Cependant, les Yetis fleurtaient toujours autant avec la cage de Raphaël Garnier. Alexis Honka écopait de deux minutes de pénalité. Les joueurs de Rodolphe Garnier peinaient à trouver la faille face à une formation agressive et disciplinée. Au contraire, c’était les visiteurs qui doublaient la mise. Richard Aimonetto inscrivait son deuxième but de la soirée, 0-2 à la 32eme. Mais Kolodzieczyk inscrivait un but… refusé pour un hors jeu très sévère. Un visiteur venait « punir » Kolodzieczyk contre la bande. Les pénalités pleuvaient dans les deux sens. Beaucoup de situations dangereuses étaient à mettre au crédit des Bleus mais la marque demeurait nul et vierge pour les locaux. C’était sans compter sur le shoot pleine lucarne de Colin Downey qui laissait Sanyas dans le doute, 1-2 à la 37eme.

Le troisième et dernier tiers allait être décisif. Les joueurs de la cité tourangelle prenaient ce dernier acte par le bon bout. Ils pressaient devant la cage de Sanyas sans parvenir à inscrire le but égalisateur. Sanyas, le gardien visiteur, faisait quelques frayeurs à ses partenaires toutefois sans frais. Les acteurs abordaient les cinq dernières minutes de la rencontre. Les pénalités pleuvaient contre les Tourangeaux. Le score n’évoluait plus. Les hommes de Rodolphe Garnier avaient trouvé en face d’eux une équation insolvable ce soir.

Basile Martin