SC CHINON-GUÉRET DANS LE FROID ET LA GRISAILLE

Publié le 28 octobre à 18h33

© Philippe Maitre

Cet après-midi, Chinon s’est imposé dans le froid, la grisaille et la douleur

Le premier match sous la pluie et dans le froid était arrivé, et le stade Raymond Bourdon ne bénéficiait pas ce dimanche d’un micro climat. Par conséquent il fallait se rendre à l’évidence, l’hiver pointait le bout de son nez. Toutefois la fanfare locale offrait le tempo au public en vue d’un éventuel réchauffement des mains.

En début d’après midi la réserve de Chinon avait montré l’exemple en venant à bout de son homologue creusois sur le score de 17/11.

Dès la troisième minute Gilbert convertissait une pénalité face aux perches, suite à un temps fort des Sang et Or (3/0). À la 23eme minute la tentative de pénalité à 45 mètres du capitaine creusois pour l’égalisation n’aboutissait pas, mais visiblement le jeune homme avait du potentiel dans la chaussure droite. La triplette de coachs chinonais (Carrière, Raymond, Meunier) semblait rassurée quand suite à un groupé pénétrant Dimassi aplatissait en terre promise à la 29ème (8/0). Deux minutes plus tard, à son tour le pilier Gaspard passait la ligne pour permettre aux vert et noir de reprendre espoir, 8/7 après la transformation de l’ouvreur. Le carton jaune récolté par Cailleux ne rassurant pas la chambrée locale. C’est bien sur ce score que les deux équipes regagnaient les vestiaires à la mi-temps.

Le second acte démarrait et la pluie s’intensifiait. Le contrôle du ballon devenait délicat pour les acteurs sur le pré, et les envolées collectives avaient du plomb dans l’aile. Il restait 17 minutes à jouer, et rien de très passionnant à se mettre sous « l’œil », le marqueur indiquait toujours 8/7 en faveur des Chinonais. La domination visiteuse laissait planer le doute, mais la défense des hommes de Carrière faisait bonne garde. Au contraire, sur la première incursion des locaux dans le camp adverse, l’homme en blanc sanctionnait d’une pénalité un hors jeu des joueurs de Guéret. Harnagea effectuait la sentence face aux perches (11/7) à la 75eme minute. Dans la minute suivante une interception de Guy Borde, qui servait Daguet en pleine course, semblait pouvoir aller à dame, c’était sans compter sur la défense creusoise. Les dernières minutes allaient être indécises et stressantes pour les sang et or, malgré tout il ne se passera plus rien, et le SCC signait une précieuse victoire (11/7).

Francis Leroux