CTHB / Brest: Elles n’étaient vraiment pas loin…

Publié le 31 octobre à 23h06

© Philippe Martin

La salle était comble… et c’est bien pour ce genre d’événement qu’on se rend compte que la Fontaine Blanche a besoin d’une grande transformation. Mais en attendant, ce genre de match de gala ne pourrait-il pas se jouer à St Cyr, par exemple ?

Brest démarrait en trombe, comme prévu, et après 8 minutes la marque était déjà de plus 5 (1/6) pour les Bretonnes. En attaque le CTHB misait sur la solution Planeta pour franchir la muraille brestoise, malheureusement ce n’était pas forcément la solution. Côté Brest, Alison Pineau faisait parler l’expérience en s’infiltrant dans la défense locale (3/10) à la 16eme minute. Les filles de Laurent Bezeau étaient dans la gestion (8/14) à la 26e, cela malgré la belle prestation de Linda Pradel dans la cage. Un sursaut des Conquérantes en fin de première période redonnait du baume au cœur des spectateurs tourangeaux, et notamment un tir lobé de Mouna Chebbah au buzzer indiquant la mi-temps (12/14).

C’est Mouna Chebbah qui ouvrait les hostilités en seconde mi-temps, avant que Pineau ne lui rétorque (13/15) à la 32ème. L’armada brestoise ré-enclenchait la surmultipliée, et sous l’impulsion de Stoiljkovic et Gros les finistériennes creusaient un nouvel écart (16/21) à la 41eme minute. Guillaume Marqués tentait plusieurs fois d’attaquer à 7, en sortant Pradel. Ce fut mi figue, mi raisin, puisque les visiteuses profitaient plusieurs fois pour scorer dans la cage vide. Mais le choix s’avéra payant parfois aussi. Il était incontestable que pour venir à bout de cette grosse cylindrée du hand, il fallait prendre des risques, et le coach tourangeau en prenait. Il restait 12 minutes quand Chebbah ramenait ses copines à moins 3 (20/23). C’est également à ce moment que Linda Pradel sortait sur blessure, visiblement une gêne au niveau des adducteurs. La tactique Marqués portait ses fruits, puisque à la 53eme minute Camille Asperges ramenait le CTHB à un but (23/24). Puis ce fut Chebbah encore, qui faisait vibrer la foule, en égalisant, telle une anguille. Le money time était lancé. L’expérience des Bretonnes semblait pouvoir faire la différence. Il restait 20 secondes, les Chambraisiennes comptait un but de retard, mais malheureusement la balle était aux visiteuses, qui profitaient de l’aubaine pour scorer une dernière fois. Belle prestation des bleues de Chambray malgré la défaite (25/27), et bravo à Guillaume Marqués pour ses choix tactiques.

Francis Leroux