La marche était vraiment trop haute pour le CEST

Publié le 9 septembre à 17h55

© Francis Leroux

Malgré les 14 points d’avance, le CEST n’a absolument rien pu faire

Pour ce nouveau départ à Monconseil les basketteuses du CES Tours avaient la lourde tâche d’accueillir dans le cadre de la Coupe de France, les demoiselles du Poinçonnet (36), pensionnaires de NF1. En raison du différentiel de divisions, les Tourangelles possédaient au coup d’envoi une avance de 14 points. Malheureusement, cet avantage fondait comme neige au soleil, puisqu’à 3’58 de la fin du 1er quart, les joueuses de l’Indre avaient comblé leur retard (15/17). La différence de centimètres et de kilos se faisait sentir. Les possessions de balle locales étaient fragiles devant la défense agressive des adversaires. Les protégées de Yohan Cabioch étaient devant après les dix premières minutes (17/22).

Le deuxième quart démarrait non sans une certaine tension. Certaines joueuses du Poinçonnet avaient visiblement la « chambrette » facile, ce que n’appréciaient guère les jeunes femmes en blanc, notamment Maëlle Ichelmann. Toutefois, le rouleau compresseur était lancé, et sous l’impulsion de Pellerin, l’écart se creusait en faveur des visiteuses (17/32) à la 15e minute. La mi-temps intervenait sur une flagrante différence (19/50). Il fallait bien se rendre à l’évidence, un Monde séparait les deux formations, car si on occulte les 14 points offerts par le règlement, les locales ont inscrit, seulement 5 points, l’addition est très très lourde, et l’écart des deux divisions est bel et bien réel.

La seconde période débutait sans baisse de régime, et les filles de Cortabitarte n’avaient pas l’intention de rendre les armes. La résistance qu’elles proposaient, était de toute autre facture. Et le score en attestait (31/69) à la 28e minute. Puis 33/72 à la fin du 3ème acte.

Le quatrième quart était une parfaite répétition des 3 précédents. Et le buzzer pouvait une nouvelle et dernière fois vibrer sur le score sans appel de 45/89.

Ce galop d’essai aura permis de constater les velléités et la motivation des filles du Président Rougeaux. Malgré la défaite et l’élimination de la Coupe de France, l’ensemble du groupe doit rester confiant pour cette saison qui débutera le dimanche 16 Septembre à Saran.

 

Francis Leroux