Deux sur deux pour les Remparts !

Publié le 22 septembre à 21h41

© Carole Talvat

Le match entre les Remparts et le Hogly débutait à l’avantage des locaux. Ils mettaient la pression sur les Rouge et Blanc. Les protégés de Rodolphe Garnier prenaient à la gorge des Yonnais aux abois. Les visiteurs étaient réduits à un de moins sur le glaçon mais les Ciel et Marine n’en profitaient pas. À l’inverse, le Hogly se refaisait la cerise et Honka filait en cabane pour deux minutes. Ce qui obligeait le dernier rempart Garnier à se montrer décisif. Mais à 15 secondes de la fin de cette pénalité, il encaissait un but de Farkasovsky, 0-1 à la 14eme. Tim Franck adressait une passe décisive à Alexis Crosnier qui concluait parfaitement pour égaliser à 1-1 à la 16eme. Les visiteurs se retrouvaient réduits à 3 contre 5. Le gardien Peska Marek était chahuté mais ne rompait pas. Le tiers médian promettait d’être rythmé.

Les Remparts étaient cueillis à froid après seulement 28 secondes de jeu sur un but d’Hugo Laporte, 1-2. Kevin Altidor avait l’occasion d’annuler cet avantage quelques secondes plus tard mais ne trompait pas Marek. Les choses allaient de mal en pis pour les locaux avec l’exclusion temporaire de Mugnier. Timothée Franck allait en prison à son tour trois minutes plus tard mais les Remparts se montraient solides et solidaires. Andrew Donald testait la prison tourangelle. Leveillé attrapait la barre sur un shoot longue distance. Les mouches semblaient changer d’âne quand les pénalités s’enchaînaient contre le Hogly. Le tiers médian était le tiers Marek tant il était solide et parfois heureux. Alexi Honka faisait claqué les filets de Marek en fin de tiers, 2-2 à la 38eme. Un coup de genou de Laporte lui permettait d’aller tout droit en prison et les Bleus poussaient pour avoir l’avantage. Mais Kevin Altidor se rendait coupable d’une charge à retardement. Les hommes de Rodolphe Garnier rentraient aux vestiaires frustrés.

Le dernier acte conservait une dose de suspens. Susanj était constitué prisonnier pour deux minutes au plus mauvais moment. Garnier était mitraillé mais préservait sa cage. On abordait alors les dix dernières minutes de la partie. Sokol allait en prison et Henri Fomin sanctionnait aussitôt. Marek laissait deux rebonds dans son enclave qu’il payait comptant, 3-2 à la 51eme. Les Ciel et Marine obtenaient un tir de pénalité que Colin Downey se chargeait de convertir, 4-2 à la 53eme. Le numéro 77 faisait gronder l’assistance de la patinoire. Bourgault prenait deux minutes et ses partenaires faisaient courir le chronomètre. À deux minutes du terme, Marek était sorti du glaçon mais revenait héroïquement sauver sa cage. Il gratifiait le public d’un arrêt spectaculaire. La messe semblait dite. Le score n’évoluait plus. Les Remparts se sont faits peur mais ont trouvé les ressources.

Basile Martin