UN JEUNE ATHLETE JOCONDIEN AUX ETATS-UNIS

Publié le 29 juillet à 21h59

© Mr Jard

Baptiste Jard, jeune athlète du Joué Running 37, s’envolera début août au Texas pour ses études, surtout, et pour courir, pas mal.

4 années ! Seulement 4 années d’athlétisme mais déjà des temps de référence (3’54 au 1500m, 14’38 au 5000 ou encore 30’47 au 10km) et quelques jolis classements nationaux à son actif (vice-champion de France universitaire sur 10km, 10ème Espoir aux France de cross) ; sous la houlette de Claude Rollin et aux côtés de ses comparses de la « Team Dragons », Baptiste progresse vite, très vite. Et parce que les jambes n’avancent pas sans la tête, il prépare actuellement un diplôme d’ingénieur en sciences et génie des matériaux à l’INSA (Institut National des Sciences Appliquées) de Lyon, où son statut d’étudiant en sport-études lui permet un emploi du temps aménagé et un suivi ostéopathique.

Et l’aventure qui se dessine outre-Atlantique nous fait penser qu’il ne compte pas en rester là.

En effet, à compter du 15 août, Baptiste sera un athlète de l’Université Incarnate Word, située à San Antonio (Texas).

Aux Etats-Unis, pas de clubs comme en France : les étudiants représentent leurs universités au sein de trois divisions NCAA. Et le sport universitaire est réputé et très suivi par l’ensemble des élèves.

Baptiste évoluera en Division 1 de la NCAA, l’occasion de se frotter à l’élite de l’athlétisme universitaire américain.

« L’objectif n’est pas forcément de performer là-bas, mais surtout de progresser grâce à la densité de niveau lors des compétitions », explique le jeune homme, mais aussi à l’aide d’infrastructures de grande qualité, « quasi-professionnelles », mises à la disposition des sportifs universitaires.

L’athlétisme sera bien évidemment au cœur de sa vie américaine, mais l’objectif est tout de même de valider une année universitaire, une mobilité obligatoire dans son cursus à l’INSA. « Le cursus proposé par l’Incarnate Word n’étant pas similaire à ce que j’étudie en France, je ne pourrais valider que deux matières », mais l’expérience semble tout de même très belle à vivre.

Pour l’aider à réaliser ce rêve américain, Baptiste a pu compter sur le soutien de ses coachs, professeurs et directeurs de l’INSA. Mais également sur l’appui « essentiel » de l’agence USA PROJECT, spécialisée dans l’intermédiation entre jeunes sportifs français et coachs d’universités américaines, dirigée par Martin Casse, athlète international français et qui a couru, lui aussi, pour une université texane. Grâce à cette société, Baptiste a pu obtenir une bourse, non négligeable lorsque l’on connaît les frais de scolarité outre-Atlantique (45 000 dollars l’année).

Une aventure sportive et culturelle unique en perspective.

 

Axel Morais