Le TVB éliminé au Golden Set

Publié le 19 décembre à 22h34

© Philippe Maitre

Ce soir, le TVB recevait l’Olympiakos dans le cadre du match retour des 16èmes de finale de Challenge Cup, mais cela ne s’est pas passé comme prévu dans le Golden Set…

Le premier point de la rencontre était touché par Nathan Wounembaina dans une ambiance électrique et surchauffée. Les Grecs se chauffaient et se motivaient pour créer une bulle autour d’eux. Les Tourangeaux encaissaient un 1-3 et Nathan Wounembaina se présentait au service, il remettait les deux formations à égalité, 5-5. Les hommes de Cédric Enard viraient en tête au premier temps mort technique, 8-7. Nathan faisait la chanson aux grecs, 12-8. Hermans Egleskans infligeait une bougie à Jeroen Rauwerdink, 13-8. Gotsev puis Egleskans bombardaient l’Olympiakos au service, 15-9. Ce qui obligeait les coachs grecs à prendre leur second temps mort très tôt dans ce set. Marcus Böhme servait fort mais Gera giflait le ballon, 16-10. Petreas, l’ancien Narbonnais mettait son deuxième service dans le filet de la soirée, 20-13. Les visiteurs revenaient à 20-16 et Cédric Enard prenait un temps mort, agacé. Les Marine et Blanc devenaient plus lisibles et moins saignants, 20-18. C’est logiquement que le deuxième temps mort arrivait côté tourangeau, 21-19. Tout était à refaire à 21-21. Nathan Wounembaina franchissait le bloc pour donner un point d’avance aux siens. Une décision arbitrale contestable plus tard. Les Tourangeaux concluaient ce premier set 25-22.

 

Le second débutait en étant autant chauffé à blanc que le premier. Jasper Diefenbach contrait parfaitement une tentative de diagonale, 4-2. Les deux formations se montraient imprécises au service ce qui profitait aux locaux, 8-6. L’Olympiakos revenait à 9-9. Gera Egleskans flinguait le libero au service, 13-11. Grenon était un véritable chaudron et un rallye conclu par Moritz Reichert permettait au TVB de mené 14-11. Ce dernier donnait le point pour virer en tête au deuxième temps mort technique, 16-12. Le matelas d’avance fondait comme neige au soleil, 17-16. Ça ne plaisait pas du tout au staff tourangeau qui prenait un temps mort aussitôt. Les visiteurs prenaient même la tête, 17-18. L’arbitre de la rencontre mettait un carton rouge à l’entraîneur de l’Olympiakos qui donnait un point supplémentaire au TVB, 22-20. Puis 23-20 après une bombe de Gera Egleskans. Nathan Wounembaina réussissait un ace sui donnait le set aux siens, 25-21.

Le troisième set démarrait comme les deux précédents. Les deux équipes ne se lâchaient pas d’une semelle jusqu’à 4-6. Les Marine et Blanc ne laissaient rien à leurs adversaires et Gera Egleskans contrait, 7-6. Il tirait sur son vis à vis, 8-7, le TVB virait en tête au premier temps mort technique. Le chassé croisé se poursuivait, 11-11 puis 12-12 grâce à un rallye terminé par Hermans Egleskans. Moritz Reichert tirait les marrons du feu sur une attaque croisée, 14-14. Le TVB était cependant derrière au second temps mort technique, 15-16. Svetoslav Gotsev gênait la réception adverse grâce à son service flottant, 18-18. Le staff grec tentait de geler le bras d’Hermans Egleskans avec un temps mort juste avant qu’il ne serve, 19-18. Il continuait sa partition, 20-19. Petreas se faisait attraper en bout de fil par Jasper Diefenbach, 21-20. Cédric Enard vivait chaque point comme le dernier. Gera Egleskans attrapait la ligne sur une attaque croisée, 24-20. Le TVB remportait le troisième set, 25-20 et s’offrait un golden set.

Le plus dur restait à faire pour les protégés de Cédric Enard. Gera Egleskans lançait les siens sur de bons rails avec le premier point de son équipe. Grenon explosait sur chaque point. Nathan Wounembaina contrait Oivanen, 3-3. Aleksiev Todor climatisait Grenon, 3-4. Mais Nathan Wounembaina prenait les choses en main en attaque, 4-4, 5-5 puis 6-6. Les Grecs tournaient en tête 6 à 8 dans ce golden set. Gera Egleskans réduisait l’écart, 7-8 mais Oivanen scorait 7-9. Un service dehors plus tard, 8-9, on étouffait dans Grenon. Moritz Reichert faisait un ace puis une faute au service, 9-10. Thomas Royer demandait un temps mort car il craignait que les mouches ait changé d’âne, 9-11. Nathan trouvait les mains du block, 10-11. Rauwerdink jetait un froid à 10-13. Hermans Egleskans s’y reprenait à deux fois pour réduire la marque, 11-13. Jeroen Rauwerdink remettait un ballon dans le terrain en se jetant dans les gradins, 11-15.

Basile Martin