Entretien XXL avec Armand Raimbault, entraîneur de l’AOCC

Publié le 13 juin à 18h16

© LeFootballVrai

Armand Raimbault, entraîneur de l’Avoine Olympique Chinon-Cinais, a reçu Infos Touraine Sports. L’occasion de dresser un bilan de la saison écoulée (3ème de CFA avec 46 points) et d’évoquer la prochaine, avec une ambition mesurée.

ITS : Quel bilan tirez-vous de cette saison ? Est-il forcément positif ? Y-a-t-il quelques regrets ?

Armand Raimbault : Bien sûr, puisque l’on arrive à accrocher le podium pour la deuxième saison de suite. Après, on peut toujours mieux faire. Les seuls regrets que j’ai sur cette saison sont les nombreux départs subis au mercato (Wendling, Mandidi,…) et les nombreuses blessures sur la première partie de saison, où nous avons dû nous accrocher. Nous avons perdu des points en faisant notamment de nombreux matchs nuls. La deuxième partie de saison a été de meilleure facture, avec un final en boulet de canon. Finalement, les regrets résident dans le fait de ne pas avoir eu cet effectif toute la saison. Mais, au-delà de mon équipe, la saison est brillante à tous les étages du club avec l’équipe réserve, qui monte en DH et les jeunes, qui figurent en haut des classements régionaux et départementaux (U19 3èmes de DH, U18 champions d’Indre-et-Loire et U16 3èmes de DHR).

ITS : Et concernant la Coupe de France (défaite à domicile 4 à 2 aux TAB) ?

A.R : La déception se situe là au niveau du scénario. Perdre aux tirs au but est toujours difficile moralement. On peut néanmoins retenir que c’est la première fois que le club atteignait le 7ème tour.

ITS : Une équipe première qui s’installe dans le haut du tableau de CFA 2, une équipe réserve en DH et des équipes jeunes performantes ; le club a-t-il franchi un cap ?

A.R : On peut le dire, oui. l’AOCC est un club où l’on travaille sereinement, dans une ambiance assez familiale où tout le monde se connaît et souhaite avancer dans le même sens. Surtout, chacun travaille à la place qui est la sienne, sans empiéter sur le voisin. C’est un point primordial. Enfin, coup de chapeau aux éducateurs qui, au-delà de leurs compétences, sont incroyablement investis et travailleurs.

ITS : Deux bonnes saisons, un club qui progresse à tous les étages : y-a-t-il l’envie d’aller voir plus haut ?

C’est-à-dire que nous ne pouvons plus nous cacher. Nos résultats parlent pour nous et le club commence à avoir une certaine notoriété. Mais attention, nous ne serons pas les seuls à viser la Nationale 2 (ex CFA). Après, il faudra être vigilants et sérieux puisque nous serons attendus chaque week-end, de par les deux saisons que nous venons de réaliser. Je pense avoir une équipe compétitive, capable de battre les meilleurs adversaires, mais il nous est arrivé de manquer de respect à des formations plus faibles sur le papier, et d’être punis. C’est ce qu’il nous faudra éviter, en particulier avec la refonte des championnats.

ITS : Un petit point sur l’intersaison, vous avez déjà enregistré le retour de Rudy Wendling et le départ de Rodolphe Pinheiro au FCOT, d’autres mouvements connus ?

A.R : Les départs de Romain Beato (2ème gardien), Matthieu Bouyer, Abdoulaye Soumaré et Elias Uzamukunda sont actés. Ensuite, le retour de Rudy est une bonne nouvelle. C’est un joueur évidemment talentueux mais surtout un leader. Je parviens à conserver les trois-quarts de l’effectif de la saison passée et j’en suis ravi. L’objectif sera, en plus, d’intégrer à cela quelques jeunes du club cet été.

ITS : Votre impression sur les montées du FCOT et de St-Cyr en Nationale 3 ?

A.R : C’est une bonne chose pour le département car il y a un bon nombre de joueurs talentueux ici qui méritent d’évoluer à cet échelon, et cela prouve surtout que le département atteint un niveau très intéressant également, avec 4 clubs en Nationale 3. Et puis, je ne vous cache pas que cela fait plaisir à nos femmes de voir quelques longs déplacements en moins sur la saison ! (rires)

ITS : Enfin, un petit mot sur votre philosophie, ce que vous essayez de mettre en place le week-end ?

A.R : Pour moi la base, avant tout, c’est d’avoir un vrai bloc-équipe, organisé et bien en place, pour aller contrarier l’adversaire et récupérer le ballon. Une fois récupéré, l’objectif est d’aller sans cesse vers l’avant, quitte à prendre des risques, mais toujours tous ensemble. Une fois que nous en avons la maîtrise, il faut du mouvement, des fixations d’un côté pour terminer de l’autre. Ce sont finalement des principes assez simples. Pour le côté tactique, je réalise chaque semaine une séance vidéo avec les joueurs. C’est un outil intéressant et pédagogique qui leur permet de mieux comprendre et analyser ce qui n’a pas fonctionné et définir des mesures correctives.

 

Propos recueillis par Axel Morais