Mévéna Altiparmak : « Je retournerai au charbon avec plaisir ! »

Publié le 23 mai à 8h46

© Arthur Leroux

Au terme de sa première saison au CEST, et quelques jours seulement après la désillusion des playoffs, Mévéna Altiparmak dresse un premier bilan

ITS : Mévéna, déjà première question, quelques jours ont passé depuis la désillusion des playoffs. Comment ça va ? Quel était le sentiment général de l’équipe ?

Mévéna Altiparmak : « Un peu difficile pour moi de connaître l’état psychologique de l’équipe, d’autant plus que mise à part la fête que nous avons quand même faite après tout ça pour la fin de championnat (on ne se laisse pas abattre !), je suis rentrée sur Paris me concentrer sur les cours pour cette fin de saison. Malgré le fait de manquer la montée, on reste, je pense très satisfait d’avoir au moins réussi à rassembler pas mal de public et de supporters. Ça reste le gros point positif de ce week-end. Sinon, nous sommes forcément déçus même s’il n’y a  pas trop de désillusion car on savait que la dernière rencontre allait être très coriace. Donc ça aide pour digérer la défaite ! »

Selon toi, qu’a t-il manqué au CEST pour atteindre la finale et décrocher la N1 ?

M.A : « Je ne sais pas trop ce qui a manqué au CEST. Moins fort sur les matchs par rapport à certaines autres équipes donc c’est du ressort personnel de chacun de nous sur nos niveaux de jeu sur chacun des matchs. Au niveau de l’équipe, de la cohésion, de la bonne humeur, du sérieux et de la motivation, il n’y avait pas grand-chose à améliorer ! Pour ma part, c’étaient mes premiers playoffs de Nationale que je jouais donc c’est difficile de prendre assez de recul pour le moment. En tout cas j’ai adoré et je retournerai au charbon avec plaisir ! Cette fois-ci avec moins de stress et d’appréhension comme ce ne sera plus un baptême. »

Quel bilan tires-tu après ta première saison au CEST ?

M.A : « En ce qui concerne ma première saison passée à Tours, je retiens que du positif. Comme je l’ai déjà dit, au niveau de l’équipe, de l’entente supporter, de la communication, de l’organisation, de la motivation… tout était au rendez-vous ! Le seul point négatif serait plutôt personnel car je n’ai pas encore réussi à m’entraîner assez cette saison et c’est un peu rageant dans une équipe et un club pour lesquels on aimerait être à 100 %. Mais malheureusement je manque encore de temps pour être au max. »

Te reverra-t-on au CEST la saison prochaine ?

M.A : « Je resterai bien évidemment au CEST l’année prochaine. En fait la question ne s’est jamais posée ! Avec le projet et l’espoir de pouvoir consacrer un peu plus de temps encore à mes entraînements malgré cette dernière année d’ostéopathie qui m’attend ! »

 

Propos recueillis par Clément Renier

 

A lire aussi –>

Le CEST échoue en demi-finale et reste en N2

Marine Ruano : « Tout donner pour les supporters, pour le club, pour l’équipe, pour nous ! »