Le CEST se qualifie pour les demi-finales !

Publié le 6 mai à 20h39

© James Tacher

Cet après-midi à Monconseil, le CEST Badminton jouait sa place en demi-finale du championnat de Nationale 2 pour viser l’accession en N1. Après la victoire d’Antibes 6-2 sur Val de Reuil plus tôt dans la journée, c’était au club tourangeau d’affronter cette équipe de Normandie.

La rencontre commençait par un premier double femmes avec Mévéna Altiparmak et Marion Tchoryk. Cette dernière a eu du mal à démarrer la rencontre, mais une fois lancée, les tourangelles se sont imposées facilement 21/14, 21/11 face à des adversaires prises de vitesse et limitées dans les déplacements. A côté, c’était le double hommes qui se jouait. Et il débutait plutôt bien pour Mattheo Bigot et Valentin Saulet qui remportaient la première manche 21/16. Mais petit à petit, les joueurs de Val de Reuil montaient en puissance et reprenaient le dessus pour s’imposer dans le deuxième et troisième set 19/21, 15/21.

En deuxième rotation, Florent Maraquin ne faisait qu’une bouchée de son adversaire, trop déconcentré par son propre agacement, 21/14, 21/17. C’était en revanche plus dur pour Marine Ruano, un peu en dedans en début de premier set, face à une adversaire qui était au contraire sur un petit nuage. La Tourangelle se réveillait malheureusement trop tard et laissait filer la première manche 15/21. Marine inversait cependant la tendance et recollait à 1-1 après que la joueuse de Val de Reuil ait lâché en fin de set, 21/13. Malheureusement le scénario de l’ultime acte ne se déroulait pas comme on l’espérait et la locale s’inclinait 11/21.

Au terme de ces quatre matchs, le score était de 2-2.

Mathieu Perrin démarrait très bien sa partie et prenait l’avantage (15-13) avant de subir un terrible 0-6 et ainsi être mené 15-19. Le retour était trop compliqué et le Tourangeau s’inclinait 19/21. Sa petite frayeur sur une chute lui coûtait peut être cher mentalement puisqu’il concédait également la seconde manche plus sèchement, 16/21. Sur le terrain d’à côté, Mévéna Altiparmak enchaînait les smashs courts face à une joueuse qui avait beaucoup de mal à se déplacer de l’avant vers l’arrière. La Tourangelle déroulait et s’imposait logiquement au vu de sa supériorité sur le score de 21/15, 21/14.

A 3-3, le suspense était au rendez-vous et l’ambiance montait d’un cran à Monconseil.

Florent Maraquin, en confiance avec son succès en simple, emmenait Marion Tchoryk à la victoire dans le premier double mixte de cette rencontre après avoir bataillé dans la première manche : 21/19, 21/13. Le CEST menait alors 4-3 et était à une victoire de décrocher sa place pour les demi-finales. Et c’est Marine Ruano et Mathieu Perrin qui avaient la lourde tâche d’affronter les deux solides joueurs de Val de Reuil. La bataille était très accrochée mais ce sont les visiteurs qui empochaient la première manche sur le score de 19/21. Le deuxième acte était encore plus fou, et les supporters du CEST donnaient de plus en plus de voix. A l’approche du money-time, le suspens était à son comble. Les Tourangeaux, mal embarqués, inversaient la tendance et recollaient finalement à une manche partout après avoir sauvé plusieurs volants de match : 25/23. Emmenés par un public de folie, Marine et Mathieu étaient transcendés et continuaient sur leur bonne dynamique pour finalement remporter l’ultime et dernière manche, et ainsi se qualifier pour les demi-finales !

Une très belle performance, mais la journée n’était pas terminée. En effet, il fallait à présent affronter l’équipe d’Antibes, pour la troisième et dernière rencontre de cette poule. Après avoir bien résisté jusqu’à 3-3, le CEST s’est finalement incliné logiquement dans le 7ème match pour ainsi être mené 3-4. A ce stade, le club tourangeau ne pouvait plus terminer premier de la poule et a donc lâché le dernier match afin d’être en pleine forme demain matin pour la demi-finale.

Rendez-vous donc dès 9h à Monconseil pour la demi-finale opposant le  CEST à Rostrenen. Ce sera LE match de la montée à l’échelon supérieur puisque l’équipe gagnante accédera directement à la Nationale 1 l’année prochaine. Mais la tâche ne s’annonce pas aisée, car en face, c’est du costaud !

Arthur Leroux

 

A lire aussi –>

Marine Ruano : « Tout donner pour les supporters, pour le club, pour l’équipe, pour nous ! »

Mévéna Altiparmak : « Nous sommes très motivés »