La montée en N3 pour Fondettes !

Publié le 7 mai à 9h13

© Philippe Maitre

Ils sont en N3, ils sont en N3, lalalalalalalalère, chantait le public hier soir dans la salle Pierre Pilorger de Fondettes…

La salle Pierre Pilorger de Fondettes hier soir était archi comble. L’ultime rencontre de la saison 2016/2017 allait offrir certainement un spectacle mémorable, avec au bout la récompense tant attendue, soit, l’accession en N3 pour les joueurs de Fondettes. L’adversaire du soir n’était autre que le voisin, le P3L. C’était donc un derby qui allait être proposé au public survolté. La Banda Soiffée de Parçay-Meslay était venue prêter main forte au Super Kop Vert. Et dans ce domaine, c’était une parfaite réussite. L’ambiance était de feu avant, pendant et après le match. Et si nous revenions justement sur ce match… Il faut bien avouer que techniquement et tactiquement, il ne restera pas dans les mémoires, et que de spectacle mémorable, il n’y a pas eu. Mais la seule importance pour Fondettes était de le gagner.

Les deux formations se produisaient sur le parquet déjà depuis 3’30, et le score était seulement de 3 partout. Kasperzec répondant à Gane. Était-ce la peur, le bruit du public, l’importance du résultat ? Toutefois, durant ce premier quart temps, le festival de maladresses était au rendez-vous. Malgré cela, les locaux viraient en tête (18/15) à la fin du premier quart.

Le deuxième temps de jeu démarrait bien pour les Fondettois et les spectateurs commençaient à penser que leur équipe allait prendre rapidement les devants et s’offrir un match facile, lorsque Dubray permettait aux siens de compter onze points d’avance (26/15) après seulement 2’30 de jeu. C’était sans compter sur la volonté des joueurs du P3L qui sous l’impulsion de Girard et Moureaux, refaisaient gentiment leur retard et venaient s’échouer à 3points de Fondettes à la mi-temps (34/31).

En début de deuxième période, et sous la main d’Allerme, les locaux replaçaient les Tourangeaux à sept longueurs (43/36). Les choix de jeu des deux équipes étaient parfois bizarres, voire incompréhensifs, la maladresse au shoot était le constat majeur, la palme revenant à Baykam, qui malgré ses 18 points, était très malheureux dans ses tentatives. Malgré tout, le temps passait, et Fondettes était toujours devant. Un coast to coast d’Allerme, mettait les protégés de la Présidente Balestrière à distance honorable au terme du troisième quart temps (53/45).

Durant le dernier acte, les joueurs du « patro », laissaient planer le doute dans « Pilorger » en revenant à trois points (53/50) grâce aux bons choix de Bodenai Bogangue. Mais Roy en infiltration et Pinson en bon capitaine redonnaient de l’air à toute une ville (63/50) à cinq minutes du buzzer final. Le P3L lâchait prise au fur et à mesure que les minutes s’égrenaient, et c’est à ce moment que le coach tourangeau décidait de jouer son va-tout, il décidait de faire entrer sur le parquet Philippe Lebeau (et ses soixante et quelques années), qui fêtait hier soir son jubilé, avec ce club dans lequel il a passé tant d’années, en lui offrant naturellement tant de bons et loyaux services. C’est d’ailleurs lui qui aura la primeur de marquer les derniers points de ce match, en subtilisant habilement le ballon des mains du meneur fondettois, et de foncer tel un cheval au galop, vers le panneau adverse, pour gratifier le public d’un dunk magistral, dont lui seul a le secret. Le score final (69/58) est bien sûr anecdotique. La Banda Soiffée et le SKV pouvaient prendre possession du terrain, les spectateurs n’étaient pas pressés de quitter le gymnase Pilorger. La fête pouvait commencer, le Champagne (ou Vouvray) commençait à gicler des bouteilles à la façon de Sebastian Vettel, les airs musicaux basques entretenaient l’ambiance festive, qui a durée n’en doutons pas jusqu’au petit matin. Bravo Fondettes, et bonne chance pour la saison prochaine au niveau national.

 

La marque à Fondettes:
Roy 8pts 2 fautes, Baykam 18/2, Allerme 11/2, Etonse Bonna 0/1, Dubray 12/4, Siopathis 2/4, Kasperzec 10/4, Pinson 4/0, Neel 0/1, Ciseau 4/1.

La marque au P3L:
Bakkari 4/2, Fattah 9/1, Depierre 3/1, Barbe 0/3, Girard 12/2, Lebeau 2/0, Moureaux 10/4, Bodenai Bogangue 12/2, Gane 6/4.

 

Francis Leroux

 

A lire aussi –>

L’UTBM poursuit son rôle de « trouble-fête »

Le CEST se qualifie pour les demi-finales !