Gilbert Zoonekynd : « Les clignotants sont au vert pour nous »

Publié le 5 mai à 11h23

© Capture d'écran

Comme d’habitude depuis quelques semaines maintenant, c’est Gilbert Zoonekynd qui s’est présenté en conférence de presse pour évoquer la prochaine rencontre. Un match particulier qui peut définitivement sceller le maintien du TFC et à l’inverse condamner son adversaire du soir

Le maintien est dans les esprits de tous et forcément, le premier sujet abordé se porte sur le caractère décisif que relève cette 36ème journée et ce déplacement à Laval (20è).

« Ça peut. On le saura après si on ne revient pas bredouille et en fonction des résultats de nos concurrents, ça peut effectivement être fait demain et puis si on gagne là-bas évidemment que notre position sera renforcée. »

Une pression particulière cette semaine durant l’entraînement ?

« Non ! J’ai vu la séance de mardi, avec les abonnés, c’était une belle séance qui s’est terminée de façon très ludique. Je ne crois pas qu’il y ait grand-chose de changé, il n’y a pas lieu de changer quoi que ce soit non-plus. Il faut juste rester soi-même et continuer de faire ce que les joueurs font depuis 2 mois. »

Après les réceptions de clubs qui n’ont plus rien à jouer dans ce championnat comme Sochaux ou Clermont-Ferrand, Laval dresse un profil différent de par la nécessité de gagner pour se sauver. A ce propos, le technicien tourangeau prévient que ce sera tout sauf un match facile.

« On ne s’attend pas à un match facile. On a été souvent dans cette situation inconfortable, on a été dernier pendant un certain nombre de journées. Il y a deux ans aussi on a été mal en point pendant longtemps. On connaît bien cette situation là malheureusement. Après évidement qu’il vaut mieux être à notre place qu’à la leur. Ils ont perdu un match important lundi (défaite 2-0 à Lens), je suppose que psychologiquement ils doivent être marqués. Physiquement aussi, ils ont deux jours de récupération en moins. Tout ça peut jouer mais justement comme c’est un match déterminant, décisif pour eux, ça peut aussi les libérer. On s’attend au contraire à un match âpre, disputé parce qu’ils sont dans la survie et puis nous aussi malgré une belle série. »

Par la caractéristique décisive de cette rencontre, certaines modifications sur les méthodes de travail et d’organisation ont-elles été apportées ?

« Tous les matchs ont été décisifs depuis le mois de mars. Au départ il fallait en gagner un. Il n’y avait pas d’objectif plus lointain que celui-là.Et puis après il fallait en gagner un autre, puis prolonger la série pour ne pas entamer le petit bas de l’aile qu’on s’était constitué. Tous les matchs en fin de compte étaient décisifs par eux même. Alors évidement, là, plus on se rapproche de la fin du championnat plus l’échéance est là et plus il y a de l’enjeu. Il faut se reposer sur l’enthousiasme qui est revenu sur les qualités individuelles et collectives de chacun pour restituer le foot et le jeu collectif qu’on a pris l’habitude de développer à part peut-être à Auxerre dernièrement. Ça a bien fonctionné, il n’y a pas matière à changer quoi que ce soit y compris dans la préparation du match, dans l’ordonnancement de la semaine et dans le contenu des entraînements. »

Et même si Tours fait figure de favori face à une équipe de Laval mal embarquée dans sa mission maintien, Gilbert Zoonekynd souligne la part importante de l’irrationalité dans le football qui peut faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre, et ce malgré tous les signaux positifs.

« Les clignotants sont au vert pour nous. Mais dans ce qui est arrivé là il y a une part d’irrationnel. Personne n’aurait pu penser quelque chose de ce genre là il y a deux mois. Donc ce qui nous est arrivé peut arriver à tout le monde. Un match de foot ça reste quelque chose d’aléatoire. On sort d’une semaine de coupe d’Europe, Monaco meilleur attaque d’Europe n’a pas marqué un but contre la Juventus. Et il y avait aussi beaucoup de clignotants au vert pour Monaco. C’est le caractère aléatoire du foot et du sport en général qui fait que c’est une activité qui passionne tout le monde. »

A lire aussi –>