Le TVB s’impose au bout du suspense !

Publié le 24 mars à 23h25

© James Tacher

Le TVB s’associait à l’association pour la lutte contre le cancer. Hubert Henno nous gratifiait d’un DAB du plus bel effet au moment de la présentation du six majeur.

Quentin Jouffroy manquait le premier service mais Ryley Barnes concluait en bout de fil ( 1-1 ). Les hommes d’Olivier Lecat prenaient deux points d’avance grâce à la fébrilité tourangelle. Montpellier arrivait au premier temps mort technique à 5-8. La réception tourangelle était pointée du doigt du fait de quelques mauvais choix. Giampaolo Medei se voyait contraint de prendre un temps mort pour casser la dynamique visiteuse. Barnes héritait d’un ballon à la pipe. A 6-12, Levi Cabral cédait sa place à Seppanen. Levi n’était pas à la fête en ce début de match. Quentin Jouffroy peinait à rentrer dans cette rencontre et expédiait un second service dehors ce qui avait le don de compliquer les affaires locales ( 8-14 ). Les pensionnaires de Grenon montraient de nombreux signes d’agacement et les Héraultais avaient inscrit deux fois plus de points que les locaux au second temps mort technique ( 8-16 ). Ryley Barnes envoyait un ace. Jean Patry faisait des misères au block tourangeau et malmenait la réception au service. Il portait le score à 13-20. Thomas Nevot effectuait une rentrée remarquée mais la prise de risque des protégés de Giampaolo Medei ne payait pas ( 14-22 ). Quentin Jouffroy manquait son troisième service et les visiteurs n’étaient plus qu’à deux points de conclure la manche ( 17-23 ). Philipp Collin flinguait au filet et obligeait Olivier Lecat à prendre un temps mort ( 18-23 ). Un temps mort qui s’avérait positif puisque Saitta mettait le 24ème point visiteur. Bonnefoy concluait le set en force 19 à 25.
Lévi Cabral montrait les muscles en e début de deuxième set. Puis, David Konecny, en bon leader montrait la voie à suivre. Le central tourangeau Quentin Jouffroy n’arrivait pas à rentrer dans son match mais Philipp Collin gardait les siens en tête ( 6-5 ). Les tontons flingueurs locaux, Barnes et Cabral, permettaient au TVB de posséder deux points d’avance aux premier temps mort technique du second set ( 8-6 ). Grâce à l’angle trouvé par Levi Cabral, Lecat prenait un temps mort à 9-6, sentant sans doute le vent tourner. L’ancien narbonnais Delgado commettait une faute au service mais Bultor trouvait un angle parfait. Giampaolo Medei en avait vu assez et appelait son temps mort ( 11-9 ). Jansen Van Doorn se mêlait à la bagarre mais David Konecny servait dans le filet. Les Tourangeaux éprouvaient des difficultés à faire une série positive mais ils gardaient deux points d’avance. Jusqu’à ce que Daniel Jansen Van Doorn envoie un service dont il a le secret. Barnes envoyait tout le monde au temps mort technique à 16-12. Philipp Collin attrapait Diachkov au block les yeux dans les yeux. Lecat n’était pas satisfait et prenait son second temps mort ( 17-12 ). Ryley Barnes avait le pouvoir de réveiller Grenon dans son bras grâce a deux points consécutifs ( 19-12 ). Jean Patry, auteur d’une très belle partie, maintenait les siens en vie. Le Brigadier du tigre Jean Patry était bien le seul Montpellierain à surnager. Le duo Barnes et Jansen donnait sept balles de set au TVB grâce à un contre sur Patry. Olivier Lecat demandait un challenge vidéo sur un service visiteur annoncé Out. Il obtenait gain de cause et pointait du doigt son oeil en souriant vers le public de Grenon. Ce n’était que partie remise puisque le service suivant se trouvait bloqué par le filet. Ce second set était un miroir du premier tant au regard du contenu que du score 25-19.

Les joueurs de Medei montraient les dents et inscrivaient trois points consécutifs pour mener 3-0. Ryley Barnes flinguait à tout va, Konecny trouvait la faille du block visiteur pour le 4-0. Lecat était en rage et prenait son time out. En réussite jusqu’ici, Jean Patry ne trouvait plus la faille dans le contre local. Les locaux viraient en tête 8 à 6 au premier temps mort technique. La réception tourangelle était en difficulté et les visiteurs recollaient à 8 partout. Lévi Cabral et David Konecny alliaient puissance et précision et donnaient trois points de plus aux protégés de Pascal Foussard ( 13-10 ). Barnes s’arrachait pour sauver un ballon et Patry craquait en bout de fil ( 15-13 ). Henno et Lévi Cabral se gênaient et s’énervaient. Et il n’y avait plus qu’un point d’écart au second temps mort technique ( 16-15 ). Les deux formations se retrouvaient à 17-17 après que Delgado, sans faire la feinte du facteur, fit le coup de la boîte aux lettres au contre tourangeau. Les Marine et Blanc conservaient l’avantage à ce moment décisif de la rencontre. Giampaolo Medei le sentait et prenait un temps mort à 20-19. Ce troisième set était la clé du match, pensait-il sûrement. Thomas Royer frottait sa barbe pendant que Lévi enfonçait le clou et donnait trois balles de set. Le claping démarrait dans Grenon, Lecat usait du temps mort pour couper la dynamique tourangelle mais Barnes était muselé au block par Radkye. C’était au tour de Giampaolo de prendre son temps mort. Ryley Barnes concluait ce set, rageur en bout de filet 25-22.

Les joueurs de Medei arrivaient sur le parquet le couteau entre les dents. Le quatrième set commençait par un rallye que concluait David Konecny. Patry et Delgado assumaient leur rôle de patron. Les deux coachs adoptaient le même body language et avaient aussi la même capillarité. Mais à ce petit jeu, le divin chauve montpellierain virait en tête au premier temps mort technique, 6-8, et tirait les marrons du feu. Le duo Barnes-Cabral remettait les Tourangeaux à flot et même en tête à 9-8. Le match allait se jouer à quitte ou double. Dans un Grenon chauffé à blanc, Cabral et ses coéquipiers prenaient deux longueurs d’avance, 13-11. Ils avaient même fait fructifier cette avance puisqu’au second temps mort technique, le score était de 16-13. Patry and Co revenaient au contact, 16-15. David Konecny concluait avec beaucoup de touché et de finesse. Diachkov lui répondait en force, 18-17. Avec ce 19eme point tourangeau, Olivier Lecat demandait un temps mort pour interrompre la marche en avant locale. Il obtenait l’effet recherché puisque les deux équipes se retrouvaient à 19 partout. En bon capitaine, David trouvait un angle parfait sur une diagonale. Cependant, Saitta en filou, finissait l’action et remettait les deux équipes à égalité 20-20. Sur un point venu d’ailleurs, David Konecny faisait le point d’un smash du milieu du terrain. Philipp Collin expédiait les affaires courantes et Lecat appelait son second temps mort, 22-20. Mais Jean Patry en sortie de temps mort, gagnait l’échange et réduisait l’écart de moitié. C’était donc au tour de Giampaolo Medei de prendre un temps mort du fait de l’égalisation visiteuse, 22-22. Konecny attaquait dans le filet puis annulait son action avec une autre positive. Il contrait en dehors ensuite. La première balle de set était effacée, 24-24. Les Montpellierains concluaient ce quatrième set 24 à 26. Et l’on se dirigeait vers le tie break.
Les joueurs de Medei n’avaient pas réussi à contrer une seule fois les Montpellierains dans ce quatrième set. Le premier point de ce tie break était attribué aux locaux. Radtke ne se voyait pas récompensé de ses efforts. Mais les deux formations étaient au coude à coude, 2-2. David Konecny claquait un ace à 111 km/h le long de la ligne. Les deux équipes se répondaient du tac au tac. L’égalité se poursuivait jusqu’à 5-5. Barnes puis Konecny trouvaient la faille et le score était de 7-8 au premier temps mort technique. Philipp Collin donnait l’avantage aux siens avec beaucoup de réussite sur un service ralenti par la bande du filet. Le capitaine David trouvait la mire sur son chemin. L’attaque était invalide, Giampaolo Medei demandait le temps au vue du score, 10-10. David Konecny continuait la distribution de pralines, 11-10, ce qui obligeait Lecat à prendre également un temps mort. Diachkov mordait bêtement au service et Henno décalait parfaitement David Konecny pour la conclusion en bout de filet. Le score était de 13-11 quand Lecat décidait d’interrompre le match avec un nouveau temps mort. Lévi Cabral claquait un ace au meilleur des moments et faisait lever Grenon. Il donnait trois balles de match aux siens. Barnes croisait son attaque qui s’avérait victorieuse, 15-11.

Les deux coachs s’offraient une accolade chaleureuse et prolongée durant laquelle Olivier Lecat, très fair play, saluait la victoire de son homologue et lui souhaitait bonne chance pour la coupe d’Europe. Une bien belle image pour une bien belle soirée.

Basile Martin